Press "Enter" to skip to content

Posts tagged as “patrick lascoux”

EST ENSEMBLE : des gauchistes surexcités pertubent le conseil communautaire et tentent d’instrumentaliser la gestion de l’eau ! C’est inacceptable !

Lorsque des gauchistes manifestent, le dérapage n’est jamais très loin ! Pas plus tard qu’hier soir, mardi 23 novembre 2010, à Romainville on en a encore eu, l’illustration ! Alors que le Conseil communautaire EST ENSEMBLE s’est réuni pour voter la question de la gestion de l’eau dans l’intérêt des habitants suite à un débat qui s’était déroulé quelques jours plus tôt, des militants gauchistes surexcités ont décidé de perturber la réunion à coup de sifflets et de mégaphone ! Le conseil a été suspendu avant d’être tout simplement reporté ! Ce fut un véritable coup de force contre la démocratie !

Gilles Garnier, une fois de plus était absent ! Il était déjà absent lors du dernier conseil, il était aussi absent au conseil général, le 16 octobre dernier, lors du vote du plan exceptionnel d’investissement pour les collèges du département au Conseil Général !
Le plus étrange c’est qu’il n’a pas donné son pouvoir à un conseiller communautaire de NOISY LE SEC ! Pourtant son allié vert Patrick Lascoux était bien là ! Y aurait il de l’eau dans le gaz entre le PCF de Noisy-le-Sec et les Verts ? Mais laissons cela de côté et voyons plutôt la moitié du verre plein : Alda Pereira Lemaitre, était là, elle, tentant d’expliquer le bien fondé de la décision des élus socialistes aux habitants outrés par l’entrave à la démocratie organisée et planifiée par entre autres des militants communistes et autres militants d’extrême gauche !

Mme Corinne Walls était dépitée par tant de bêtise ! Tout comme moi, j’étais atterré !!! Mme Thomassin, militante et élue socialiste à Bondy s’est défendue tant qu’elle a pu avec ses mots à elle la position des socialistes ! Elle était touchante !

Concernant les quelques gauchistes excités, ils tentent aujourd’hui de noyer le poisson dans l’eau en faisant croire que 150 habitants sont venus bloquer un processus démocratique Ils habitent peut-être dans les communes d’EST ENSEMBLE, mais ce sont pas les citoyens en eux qui se sont exprimés, mais les militants qui préfèrent agir par idéologie politique plutôt que dans l’intérêt de la communauté ! Certains d’entre eux ont même parlé de pots de vins ! Pour de l’eau ? ca ne le fait pas ! 😉

Vous en connaissez vous beaucoup de citoyens dans le 93 qui se promènent avec des confettis dans les poches, des mégaphones, des drapeaux de pirates ? Soyons sérieux ! De plus, ce ne sont pas 150 personnes mais seulement quelques dizaines qui ce soir là ont méprisé, manqué de respect à l’égard de cette institution et ont entravé le débat démocratique ! C’est insupportable ! c’est intolérable ! Et je vous parle même pas de la violence dont ils ont fait preuve pour forcer les barrages, les images parlent d’elles-mêmes !

Leur tentative d’instrumentaliser la question de la gestion de l’eau a été un échec car personne aujourd’hui n’est dupe quant à leurs réelles motivations à savoir servir un parti politique avant ceux des habitants !

Ce qui est vraiment déplorable c’est que ce type d’action a été choisi alors que le sujet ne s’y prêtait pas ! Surtout, il ne va pas contribuer à un rapprochement entre élus et citoyens (les vrais), car il me semble que se pose un sacré problème de sécurité pour nos élus ! Vous imaginez, n’importe qui peut entrer et semer la zizanie au sein du conseil communautaire, oui, vraiment, c’est déplorable !

Les Socialistes d’Est Ensemble s’engagent à agir en deux temps :

– un choix TEMPORAIRE au 1er janvier 2011

– un choix DEFINITIF d’ici au renouvellement municipal et intercommunal de 2014

QUELLES EN SONT LES RAISONS?

Trois scénarios sont possibles pour la gestion de l’eau potable :

Scénario 1 : la constitution d’une régie propre à Est ensemble qui achèterait de l’eau en gros pour la revendre ensuite aux usagers de son territoire et qui assurerait en parallèle l’ensemble des prestations annexes : entretien du réseau et facturation, entre autres.

Scénario 2 : la constitution d’un syndicat intercommunal avec Eau de Paris dans le cadre d’une co-gestion de cette structure.

Les conclusions du rapport d’expertise indépendant de Calia / Hydratec font apparaître de manière incontestable que les 2 premières hypothèses entrainent une période de transition plus ou moins longue ainsi que des incertitudes techniques et financières pour leur mise en oeuvre. Cela nécessite donc la poursuite des études afin que le Conseil communautaire puisse définitivement choisir entre ces 3 scénarios d’ici 2 à 4 ans.

Scénario 3 : l’adhésion d’Est ensemble au SEDIF dans le cadre de la nouvelle Délégation de Service Public qui fixe le prix du m3 d’eau à 1,41 € au lieu de 1,73 € actuellement. Sans l’adhésion d’Est ensemble; le prix du m3 d’eau serait d’1,51 €

Le véritable enjeu n’est donc pas de savoir dans l’immédiat quelle sera la solution définitive qui sera retenue mais de déterminer ce qu’Est ensemble doit faire dans la période de transition qui s’ouvre à compter du 1er janvier 2011.

Aucune nouvelle convention provisoire ne peut être passée avec le SEDIF

Au 1er janvier 2011, Est ensemble ne fera plus partie du SEDIF et ne pourra donc plus solliciter aucune convention temporaire avec ce syndicat avec lequel elle n’aura plus aucun lien.

Le Directeur Général du SEDIF a déjà fait savoir par voie de presse et par courrier que le syndicat refusera de signer une nouvelle convention.

Notre refus d’adhérer entrainerait un renchérissement du prix du m3 d’eau de 10 centimes qui pénaliserait les usagers des 135 communes membres et leurs 3,6 millions d’habitants.

La réquisition pour la fourniture de l’eau en gros et de la procédure de marché public pour l’entretien et la facturation serait un choix hasardeux

La fourniture d’eau en gros n’est pas soumise aux règles des marchés publics. Dès lors, Est ensemble peut procéder à l’achat d’eau en gros auprès du SEDIF ou d’Eau de Paris. Au regard de la configuration actuelle des réseaux, seul le SEDIF serait en situation de nous approvisionner.

Au cas où les membres de celui-ci, mécontents de perdre 10 centimes au m3 du fait de la non-adhésion au SEDIF d’Est ensemble refuseraient de nous livrer, le Préfet de la Seine-Saint-Denis aurait toujours la possibilité de réquisitionner le SEDIF au nom de l’urgence, de l’intérêt général et de la continuité du service public. Mais le prix qui nous serait alors facturé reste inconnu à ce jour.

L’entretien des réseaux et la facturation des consommations sont soumis aux règles des marchés publics. Est ensemble, pour ces deux prestations serait donc dans l’obligation de lancer une procédure d’appel d’offres. Bien évidemment, une seule société serait en mesure de répondre : celle qui est déjà titulaire du contrat de régie intéressée–Véolia.

Les conséquences de cette option sur le prix du m3 d’eau facturé à nos concitoyens ne sont pas connues. Mais le risque que les habitants d’Est ensemble paient l’eau la plus chère d’Ile-de-France est réel.

Les Socialistes d’Est Ensemble font le choix de la responsabilité et de la sécurité : l’adhésion au SEDIF dans l’attente de disposer des éléments permettant d’envisager un choix définitif.

Le choix de l’adhésion d’Est ensemble au SEDIF permet de garantir aux usagers un prix du m3 d’eau en baisse de 32 centimes, un entretien assuré du réseau, notamment en cas de ruptures de canalisations liées à des travaux ou à des conditions météorologiques rigoureuses et des prestations de facturation incluses tout en poursuivant les études nécessaires à la détermination d’un choix définitif quant au mode de gestion de l’eau.

C’est le choix de la responsabilité et de la sécurité pour nos concitoyens.

Enfin, c’est un choix qui ne nous engage pas pour 12 ans, mais pour le seul temps nécessaire aux études et aux éventuels travaux qu’impliquerait le fait d’opter pour un mode de gestion alternatif au maintien au SEDIF.

source : “Groupe PS-MGC d’Est Ensemble”.

est ensemble perburbée par des gauchistes