Press "Enter" to skip to content

Noisy-le-Sec : à chaque fois, l’élu communiste Olivier Sarrabeyrouse fait le coup !

Cela se passe en ouverture du conseil municipal : Olivier Sarraybeyrouse y siège dans l’opposition depuis ses deux dernières défaites électorales 2010 et 2014. Il connaît les règles de fonctionnement d’un conseil municipal. Il connait le réglement intérieur, mais non, à l’approche des élections municipales, c’est plus fort que lui ! Il va mépriser les règles mises en place par le conseil municipal, pour soigner son image de candidat politique auprès de son électorat.

Après avoir demandé à prendre la parole, il va se mettre à lire un courrier dont il se garde bien de citer l’auteur (afin que l’on ne comprenne probablement pas que c’est un militant activiste communiste) et ce, après avoir tenté de lui faire donner la parole. Heureusement, Laurent Rivoire, garant des valeurs de nos institutions a sérieusement recadré cet élu opportuniste et démagogue en lui rappelant que ce n’était pas LA première fois qu’il tentait de faire ce coup.

Un autre point mérite d’être souligné : après avoir lu les doléances d’un noiséen, Olivier Sarrabeyrouse ramène évidemment tout à sa personne !

Plus fort encore : je pense qu’il fait preuve de mauvaise foi en affirmant une contre-vérité ! En effet, il veut faire croire qu’il n’a pas voté une décision dans le cadre de Noisy Habitat, alors qu’il l’a bel et bien fait.

Il explique qu’il a participé au débat mais est parti avant le vote. Contrairement les propos qu’il tient : la décision qu’il évoque a bien été votée à l’unanimité et il a donc bien acté une décision qu’aujourd’hui qu’il renie. Il n’assume pas.  Une preuve peut être ? Si vraiment ce qu’il dit est vrai pourquoi alors n ‘a-t-il pas  contesté auprès de l’autorité compétente son vote ? Tout est pourtant vérifiable.

Et franchement, à qui veut-il faire croire qu’il est passé par là, a vu de la lumière, est entré et qu’après avoir participé au débat,  sans va, sans attendre de voter contre une décision de Noisy Habitat ? La vérité est ailleurs : il a bien voté cette décision ! Aujourd’hui, il n’assume pas. Tout simplement.