Press "Enter" to skip to content

La cité expérimentale de Merlan : 56 maisons inscrites au patrimoine des monuments historiques !

Grâce au Conseil Général, à l’association Caue93 et à la ville, le formidable patrimoine du  quartier de Merlan a fait l’objet de visites guidées durant ce week-end à l’occasion “Les journées du Patrimoine” !

Malgré une communication  quasi inexistante sur le site officiel de la ville, nombreux étaient les Noiséens qui étaient venus découvrir ou redécouvrir ce formidable patrimoine ! Certains de nos élus (trop peu nombreux) ont participé à cette manifestation : c’est le cas, par exemple de Monsieur de Visscher, premier adjoint au maire, ainsi que de Marie-Andrée Coppin-Roginsky.

La cité expérimentale de Merlan : C’est aujourd’hui l’objet de mon article : l

A l’origine il y avait 56 maisons qui constituaient la cité expérimentale de Merlan ! 56 pavillons, 56 prototypes de maisons préfabriquées ont été réalisés en vue d’assurer la reconstruction  après la seconde guerre mondiale.

Le nouveau Ministère du réaménagement et de l’urbanisme (le M.R.U) après guerre, a choisi le quartier de Merlan pour servir de chantier d’expérimentation : l’idée était d’étudier et de suivre la qualité de vie pour des maisons individuelles ! A la tête de ce nouveau ministère sous la quatrième république, Raoul Dautry est resté près d’un an ministre, un record pour l’époque !

L’idée est devenu un projet qui s’est concrétisé entre 1945 et 1953 ! 56 maisons venues de plus de 7 pays (dont les Etats-Unis, le Canada, la Finlande, la Suède, la Suisse, etc…), construites avec des matériaux différents ont donc été implantées dans le quartier de Merlan.

Beaucoup de ces maisons sont arrivées en kit par bateaux, puis par camion !

Certaines maisons ont été construites en 3 semaines, d’autres près de deux ans, mais la moyenne de construction de ces maisons préfabriquées était de 3 mois !

Aujourd’hui, il en reste 43 ! 43 maisons uniques ! 43 prototypes qui sont inscrits et protégés depuis 2000, au patrimoine des monuments historiques.

Le contexte

Après la guerre, Noisy-le-Sec prend peu à peu son visage actuel en construisant sur les parcelles encore disponibles, reliant ainsi les quartiers excentrés au centre ville : le Londeau, la cité de l’Avenir, les Bergeries…

Notre ville doit alors faire face à une double exigence :
– reloger les sinistrés du bombardement,
– répondre à la poussée démographique et au refoulement de la population parisienne vers la banlieue. On construit donc d’abord des baraquements, dont quelques uns vont durer près de 20 ans…, puis les premiers logements collectifs (pavillons collectifs du Londeau en 1951, Neuilly en 1956).

Le Merlan : une cité expérimentale

La cité expérimentale de Merlan sera édifiée de 1945 à 1953 : 56 maisons vont être construites : toutes uniques, toutes en pré-fabriqué ! Cette cité expérimentale sera édifiée grâce à la solidarité internationale : la Suisse, le canada, les États Unis, la Suède, l’Angleterre… : beaucoup de ces maisons sont arrivées par le port du Havre, puis par camion !

Contrairement aux pays du nord, où le bois a été privilégié, en France, les matériaux lourds seront privilégiés :
– le béton,
– la pierre,
– la pierre reconstituée (ciment imitant la pierre),
– le métal,
– l’aluminium,
– la brique…

Les locataires de cette cité expérimentale étaient des propriétaires sinistrés du centre ville ou bien des locataires (grandes familles, la veuve de Pierre Sémard, fusillé en 1942). Ces nouveaux locataires s’étaient engagés à ouvrir les portes de leur maison aux ingénieux, architectes, deux fois par semaine, afin de suivre et de mesurer les avantages et inconvénients des différents matériaux utilisés pour ces maisons, par des architectes, ingénieurs, étudiants….

56 maisons (isolées ou jumelles, en RCH ou à un étage), pas une n’est identique ! Pourtant, elles ont toutes en commun un certain nombre de similitudes, comme l’a préconisé le Ministère du Réaménagement et de l’urbanisme M.R.U (dont le ministre est Raoul Dautry) , à savoir :
– une petite cuisine (7 m²) ouverte sur le salon,
– une salle d’eau ou une salle d’hygiène (=une salle d’eau+ espace pour le nettoyage du linge)
– les chambres faisaient entre 10 et 12m²,
– enfin ces maisons devaient avoir une double entrée…

L’idée étant de construire des habitats qui nécessite le moins de matériaux, et qui consomme le moins possible d’énergie ! Notez que l’aménagement paysager à particulièrement été soigné.

Une des 56 maisons construites a mis plus de deux ans, faute d’approvisionnement de matériau, une autre a été démoli tout de suite une fois construite, une autre n’a pu être construite car le mode d’emploi n’est jamais arrivé… surtout, la main d’oeuvre était peu qualifiée ! Pourtant, très vite, le gouvernement d’après guerre, et surtout le M.R.U, se rendit compte qu’on ne pouvait estimer le coût d’une maison, construite en un seul exemplaire…

A la fin des années 70, toutes ces maisons ont été r achetées : sauf 8 !

C’est tout ce patrimoine que l’association CAUE93, le Conseil Général et la ville ont proposé aux Noiséens durant ces journées du Patrimoine, du 20 et 21 septembre 20008 et cela a été l’occasion pour moi de prendre quelques photos :


Maison TC KING
maison américaine de l’Alabama (en bois)


Cette maison a été montée à l’envers : la façade principale a été placée côté jardin
alors qu’elle aurait du être placée côté rue !


Maison SYSTAC (en béton armé)

Une autre maison américaine, inspirée du style coloniale

Maison Lemay (en béton armé et béton vibré)

Maison SOTEBA (béton armé, dalle de béton armé vibré)

Maison CITY LUMBER 16 (en bois)

Maison BRISSONNEAU ET LOTZ
en acier plié et panneaux en acier


Maison  CITY LUMBER 17
ce qui caractérise cette maison, ce sont les fenêtres situées aux angles de la maison : ainsi les maisons orientées au nord : ont du soleil le matin et le soir  !


Maison en bois, construite en 2 semaines et demi


Maison Suisse


Une maison suisse


Maison COIGNET ( en béton et parpaing de béton)

Les journées du Patrimoine ont également été l’occasion de faire une mise à jour importante de la rubrique histoire de notre ville, que je vous invite à découvrir en : cliquant ici