Press "Enter" to skip to content

Jean-Paul Lefebvre : agir pour Noisy

L’hypercommunication, la désinformation et les polémiques en tout genre sur les réseaux sociaux sont les bases de sa stratégie de communication… C’était le cas, il y a 10 ans, c’est toujours le cas aujourd’hui. La seule chose qui a vraiment changé, c’est qu’il a été exclu du Parti Socialiste et que c’est la première fois qu’il se présente sans le soutien d’un parti politique.
C’est donc par obligation qu’il est obligé de la jouer “carte noiséenne, la carte citoyenne et la carte écolo” puisque c’est “tendance”. Quitte à accepter dans son équipe et de s’associer avec des personnalités peu recommandables.

En 2010, il a fini bon dernier, avec seulement 13% des électeurs qui ont voté pour lui, ce qui lui a valu le surnom de Monsieur 13%. Malgré le soutien de Claude Bartolone, le Candidat du PS, avant d’en être exclu, avait réussi à faire moins que le réservoir du PS estimé à 15% des électeurs.  Ce qui est étonnant aussi, c’est de voir le nombre de ses colistiers et soutiens qui lui ont tourné le dos. Des promesses de remboursements de frais non tenues ou de prix à payer pour aider au financement de la campagne ont terni encore plus l’image de ce candidat prêt à tout pour être au pouvoir.

A ce jour, l’apogée de sa carrière se résume au fait qu’il a été adjoint aux affaires juridiques et adjoint aux finances… Son mandat n’aura duré que deux ans : les impôts locaux avaient fait tout de même un bond record, à la hausse de plus de 24% *! Les électeurs noiséens s’en souviendront probablement au moment de mettre leur bulletin dans l’urne. Ce qui est sûr, c’est que l’homme est surtout réputé pour celui qui cherche à marquer les esprits par des polémiques stériles et autres désinformations, essentiellement sur les réseaux sociaux. Ne peut-on pas dire qu’au final, c’est le seul moyen dont il dispose pour arriver à retenir l’attention des citoyens noiséens. Est-ce suffisant pour faire de lui un bon candidat ? Son bilan ne le laisse pas présager.
Mon conseil A fuir...

* dont 19.87% rien que la première année de son mandat !