Jean-Paul Burot est le 1er conseiller municipal a voté contre son groupe

Jean-Paul Burot (lutte ouvrière) est le premier conseiller municipal de la nouvelle majorité à voter contre l’avis de son groupe, en ce qui concerne la hausse des impôts locaux pjour les noiséens. En revanche, cela ne le choque pas que les locataires HLM de la SEMINO vont devoir payer plus de 22 000 euros de rémunérations à ALDA PEREIRA et ses deux ajoints.

Durant le conseil municipal du 10 avril 2008, Jean-Paul Burot (lutte ouvrière) a pris la parole et à parler avec son coeur : s’emmêlant entre explications de politique locale et nationales et reproches (envers l’ancienne majorité (Mme Rivoire) et la politique de Sarkozy), il surprend finalement tout le monde en annonçant qu’il ne votera pas le budget 2008 en raison de la hausse trop élevée de la taxe d’habitation, proposé par l’équipe socialo-communistes.

Il rappelle que c’est une taxe injuste, car il ne tient pas compte des revenus des ménages. Et que cela vient s’ajouter à la hausse de 5% du prix du gaz… La lutte ouvrière votre contre cette délibération.

C’est donc la première fois qu’un conseiller municipal appartenant à la nouvelle majorité vote contre l’avis de son groupe pour cette nouvelle mandature pour cette nouvelle municipalité.

Nous saluons son courage politique, et nous ne pouvons que l’encourager à exprimer ses convictions. Le héro du jour est peut-être lui !

En revanche, bien qu’il ait voté CONTRE à la délibération sur le budget, et a voté POUR les rémunérations facultatives de Alda Pereira et ses deux futurs adjoints, en qualité de Présidente du conseil d’administration de la SEMINO, société d’économie mixte, gérant le parc de logements sociaux sur le territoire de Noisy-le-Sec.

Lutte ouvrière de Noisy-le-Sec trouve apparemment cela normal de s’enrichir davantage sur le dos des locataires des logements sociaux ! Où est la cohérence ?

Nous cherchons à le joindre pour connaître sa position exacte sur le sujet ou publier un droit de réponse.

Les commentaires sont fermés.