Press "Enter" to skip to content

Gilles Garnier, maire-adjoint communiste, est en colère !

En 5 ans, la précédente Municipalité, respectueuse des hommes et des compétences, avait
– augmenté les moyens de la culture de 20%,
– fait entrer la musique dans les écoles maternelles,
– amélioré la programmation de la Galerie,
– créé un festival de musique,
– sauvé le Trianon…

Or que s’est-il passé ces six derniers mois ?

▪ Le directeur des affaires culturelles a été limogé au 1er aout et n’a pas remplacé…
▪ Des cadres dirigeants du Théâtre des Bergeries sont partis !
▪ La médiathèque a été sans direction depuis plusieurs mois…
▪ La présidente unanimement reconnue de l’association Noisy-Culture, virée sèchement et sans un merci…
▪ La construction d’un nouveau conservatoire de musique et de danse, digne d’une ville de 38.000 habitants, retardée d’au-moins 2 ans, peut-être même annulée

C’est le cœur même de la politique culturelle municipale, ambitieuse et apolitique, qui est piétiné ! Tout cela à sérieusement de quoi mettre en colère beaucoup de monde et encore plus les communistes de notre commune, car ils ont en charge la culture ! Mais jusqu’à présent, leur colère fut silencieuse et ils n’ont fait qu’encaisser…sans broncher.

Mais les gouttes de trop, ce sont peut être les propos attribués à Alda Pereira Lemaitre, qui vont faire débordé le vase ! En effet, dans le Parisien d’hier, Mme le maire aurait annoncé à des associations de parents d’élèves qu’elle abandonnait le projet du nouveau conservatoire !

“La maire vient d’annoncer aux représentants de deux associations de parents d’élèves l’abandon du projet, alors que cette question n’a pas été tranchée en bureau municipal” s’emporte Gilles.

Il poursuit : “Cette manière de procéder ne permet pas un travail constructif au sein de la majorité” !

Gilles Garnier rappelle l’importance de la culture dans notre société : “L’accès à la culture est un facteur important d’émancipation !” Selon lui, ce projet ne doit pas pris à la légère et il demande une véritable concertation ! Là, franchement, sa colère devient légitime…

De toute évidence, les communistes ont enfin l’intention de se faire écouter et respecter ! Ils souhaitent aujourd’hui se démarquer de la politique socialiste ! Il était temps, mais leur marge de manoeuvre est bien limitée : que faire sinon de ne pas prendre part au vote lors des délibérations du conseil municipal ? Et dire, qu’ils n’ont perdu que de 52 voix face aux socialistes ! De quoi être VERT… de colère !